1er mai, la CFDT renouvelle la fête du travail

Publié le 19/05/2015 à 08H59
Se tourner vers les jeunes, associer rencontres, échanges, informations, convivialité ... tel était le choix de la CFDT pour ce 1er mai 2015.

La fête du 1er mai a deux origines et deux histoires. La première remonte aux cultes celtes et médiévaux tandis que la seconde trouve ses origines dans le mouvement ouvrier du XIXème siècle.

La CFDT, en organisant cette année le Working Time Festival (WTF) sur Paris, a décidé de réinvestir la fête des travailleurs en créant une dynamique de mobilisation et de partage de valeurs.

Cet événement, décidé au congrès de Marseille, est une nouvelle manière d’être présent dans l’espace public, ouverte, positive, émancipatrice et constructive.

Une centaine de jeunes bretons de moins de 36 ans ont participé à ce rassemblement, bravant la météo « bretonne » de la journée.

En couple, en famille, entre collègues ou amis, ce sont 2 000 jeunes venus de toute la France et, pour certains de Martinique, de Guadeloupe voire même de plusieurs pays d’Europe, qui étaient au rendez-vous du Working Time Festival, ce 1er mai à l’INSEP de Paris.

Apprentis, salariés, étudiants s’étaient donnés le mot pour participer à cette fête des travailleurs pas comme les autres : festive, revendicative et constructive, résolument tournée vers l’avenir. Leur appétit de débats était manifeste : sur l’Europe, le dialogue social, l’économie de la qualité ou les moteurs de l’engagement des jeunes. Ils ont activement participé aux ateliers, échangeant sur la conciliation des temps, le sens du travail, l’égalité entre femmes et hommes ou le compte personnel de formation.

Forts de leur diversité d’horizons, ils ont tout simplement fait connaissance, militants, adhérents ou curieux, au cours de speed-dating, de « jeux de l’oie de l’insertion », de roues du parcours européen ou d’ateliers peinture, et bien sûr lors des trois concerts qui ont clôturé la soirée.

Ce rassemblement a permis de faire découvrir à des jeunes le syndicalisme, la CFDT et ses valeurs. Tous sont repartis prêts à prendre leur avenir en mains, comme Laurent Berger les y a invités, voire à faire un bout de chemin avec la CFDT et prêts à renouveler l’expérience : une autre façon de faire du syndicalisme.


Retour sur le Working Time Festival par CFDT_TV