Congrès de la CFDT Bretagne : Une résolution de changement et d’engagement !

Publié le 28/06/2016 à 15H54
Le 14e congrès de la CFDT Bretagne s’est tenu les 9 et 10 juin derniers à Langueux dans un contexte de profondes mutations. Mutations de l’environnement économique mais aussi de l’organisation interne CFDT pour mieux répondre aux attentes des salariés.

« La CFDT agit et obtient des victoires importantes : l’encadrement des temps partiels, la mise en place des comptes formation et pénibilité, l’amélioration des carrières longues, l’application de la base de données économiques et sociales… ». En ouverture du congrès de la CFDT Bretagne le 9 juin dernier, son secrétaire général, Louis Baron a égrené les acquis obtenus par l’organisation syndicale en quelques années. « Mais la boucle n’est pas bouclée », a-t-il aussitôt insisté devant un public composé de plus de 200 militants venus de toute la Bretagne. Comme pour baliser le chemin qu’il reste à parcourir pour répondre à l’objectif que s’est fixé l’Union régionale interprofessionnelle : être plus proche des salariés et des adhérents pour davantage d’efficacité.

congrès 2016 5

« Durant les quatre ans de ce mandat, notre région a été touchée par des changements de modèles économiques, qui, faute d’avoir été anticipés, ont causé la perte de nombreux emplois et généré de grandes inquiétudes pour les salariés. » Au premier rang desquels on retrouve ceux du secteur agroalimentaire. « Nous avons été à la pointe des combats pour défendre l’emploi dans une période particulièrement compliquée, a souligné le secrétaire du syndicat agro du Finistère, Jean-Luc Feillant citant les exemples de Doux et de Gad à Lampaul mais rappelant également que la CFDT s’était mobilisée aux côtés des travailleurs détachés bulgares.

Même constat formulé par les militants des syndicats Santé sociaux des quatre départements ­- « dans notre secteur, la baisse des soutiens publics n’a épargné personne, ont-ils affirmé. L’impact est particulièrement sensible sur les conditions de travail et ce sont les salariés qui sont les premiers à trinquer ».

D’où la nécessité sans doute encore plus forte aujourd’hui qu’hier d’aller à leur rencontre. Pour la secrétaire nationale Véronique Descacq, « nous devons montrer notre utilité. Cette efficacité, elle se mesure aux nouveaux droits que nous parvenons à créer dans les entreprises ou les administrations. Un syndicaliste, c’est avant tout un salarié, et c’est de cette proximité que nous tirons notre légitimité. » Pour la renforcer, l’ensemble de la CFDT a décidé d’adapter son organisation. C’est ce chantier qui s’ouvre actuellement et auquel participera la CFDT Bretagne.

« C’est une résolution de changement, d’engagement que nous vous soumettons, a insisté la secrétaire régionale Lydie Nicol auprès des syndicats présents dans la salle. La CFDT Bretagne engage elle aussi sa mutation mais pas sans vous, pas à côté de vous. Tout comme la confédération, nous réclamons le droit à l’expérimentation pour sécuriser ces changements. » Au cœur des enjeux à venir dans un monde qui bouge, on retrouve le besoin d’une plus grande coopération à tous les niveaux de l’organisation, de temps de débats plus importants, de lieux de confrontations d’idées en dehors des temps statutaires… et d’une plus grande attractivité. « Être plus attractifs, c’est aussi être plus visibles auprès du plus grand nombre », a insisté Lydie. Et pour cela, la CFDT a des atouts à faire valoir. Avec près de 80000 adhérents, elle est de loin, la plus grande organisation syndicale de la région. Ce leadership se retrouve également dans les urnes : première dans le privé avec 41 % des suffrages aux élections professionnelles, première dans le public avec un score de 31,8 % lors des élections de 2014. De quoi se montrer optimiste pour l’avenir.

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS