Morlaix : l’action des élus bretons sous les feux de la rampe [video]

Publié le 09/02/2016

Le 4 février, Morlaix a accueilli avec succès le deuxième rassemblement des élus CFDT bretons. 1200 militants venus des quatre départements ont échangé leurs expériences de pratiques syndicales, sur fond de nouvelle loi régissant les instances représentatives de personnel.

Petit foulard autour du cou pour se protéger de la bise morlaisienne (contrairement à 2014, la tempête ne s’était pas invitée sur les bords du Dosenn !), Maryline et Laurène se fraient un chemin au milieu d’une foule de militants CFDT issus de toute la Bretagne. « Nous sommes venues des Côtes d’Armor, en voisines ». De Plouagat précisément, à moins d’une heure de route du parc de Langolvas, dans la banlieue de Morlaix. Fraîchement élues au CHSCT de leur entreprise agroalimentaire, elles participent pour la première fois à un tel rassemblement. Avec un objectif en tête : « on cherche à fourbir nos armes sur le dossier de la qualité de vie au travail et trouver des arguments pour faire bouger les choses avec l’ensemble de nos collègues ». D’autres, comme Jean-Marc du syndicat Interco, veulent mettre à profit cette journée pour « y voir un peu plus clair dans le maelstrom de la réforme territoriale » ou Philippe, élu d’une entreprise de travaux publics du Finistère, pour « comprendre la nouvelle loi sur le dialogue social et voir comment on peut l’utiliser à des fins syndicales »… Ils n’ont pas été déçus.

Entre les ateliers du matin réunissant experts et militants syndicaux et la quarantaine de stands tenus par les partenaires de la CFDT, les 1200 élus bretons présents à Morlaix ont fait le plein d’infos. De quoi leur donner tous les moyens d’agir efficacement pour favoriser le dialogue social dans leur entreprise ou leur administration. « L’action syndicale, c’est ce que vivent au quotidien les représentants du personnel sur les lieux de travail, insiste Louis Baron, secrétaire général de la CFDT Bretagne. Ils doivent être reconnus pour ce qu’ils font. On doit davantage les mettre en lumière, eux et leurs actions ».

« Du progrès social à construire »

Pendant toute la journée, les feux des projecteurs ont été braqués sur des sections qui interviennent dans tous les secteurs professionnels : les banques, l’agro, les hôpitaux… Les militants du groupe Arkéa ont ainsi expliqué comment ils ont tiré profit, pour leurs combats syndicaux, des nouvelles dispositions mises en place par la loi Rebsamen. Idem pour la section de la société Sill (produits laitiers, jus de fruit, plats cuisinés…) qui a initié un accord sur la qualité de vie au travail exemplaire comprenant la transformation, si le salarié le veut, du treizième mois en jours de congés, le droit à la déconnexion, l’instauration de lieux de discussion… Preuve qu’il y a encore « du progrès social à construire », a souligné le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger présent à Morlaix. « Subir, ce n’est pas dans nos habitudes, a-t-il insisté à la tribune. Dans l’agroalimentaire, les salariés ont vécu l’impasse de certains modèles quand ils ont été confrontés aux licenciements. Ils n’ont pas baissé les bras. Ce qu’ils veulent, c’est plus de dialogue, plus de sens, plus de résultats. » Ce sont ces résultats que les militants bretons sont venus chercher à Morlaix pour les répandre ensuite aux quatre coins de la Bretagne.


Rassemblement des élus CFDT - Morlaix 2016 par dailymotion176