CFDT Bibus. En grève pour de vraies négociations

Publié le 16/12/2016 à 14H48 (mis à jour le 25/08/2017 à 15H38)
Face aux décisions unilatérales de l’employeur, la section syndicale CFDT de Bibus a décidé de déposer un préavis de grève couvrant la période du 14 décembre 2016 au 13 mars 2017. Une journée de grève est programmée le samedi 17 décembre. La CFDT exige l’ouverture de vraies négociations sur une augmentation générale de 8 points d’indice et l’arrêt du système Konfort.

Bibus fait partie du groupe Kéolis et a en charge le transport urbain sur Brest sous convention avec Brest Métropole.

Lors de la mise en service du téléphérique fin 2016, la direction de Brest a décidé de manière unilatérale d’augmenter les seuls régulateurs du réseau bus, tram et téléphérique. Pour la CFDT, cette décision n’est pas acceptable dans la manière de faire. La direction déjà été exprimée cette volonté en 2015 en argumentant son choix sur l’augmentation du périmètre de responsabilités de cette profession. La CFDT affirmait alors, que cette question était à aborder lors des Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) dans une vision d’ensemble. La direction a fait marche arrière et n’a pas appliqué cette mesure en 2015.

La CFDT a abordé cette question lors du Comité d’Entreprise du 29 novembre en précisant qu’elle entendait la mettre à l’ordre du jour des prochaines NAO. Le directeur a précisé qu’il allait y réfléchir ! La section a appris une heure après la réunion de CE que la décision était actée depuis le 19 novembre. Luc Daniel, délégué syndical, rappelle : « historiquement dans l’entreprise, les négociations salariales qui ont été menées ont concerné l’ensemble du personnel, pour l’arrivée du tram l’ensemble des personnels a bénéficié d’une augmentation de 10 points d’indice ».

La CFDT refuse le « fait du prince » et cette décision prise sans prendre le temps de la discussion et sans mesurer les conséquences sur la « paix sociale » dans l’entreprise. Elle a décidé de déposer une alarme sociale qui enclenche le processus à respecter avant le démarrage d’un conflit dans le transport.

Autre point d’achoppement avec la direction, le système Konfort. Mis en place pour mesurer la souplesse de conduite des chauffeurs, il a pour objectif affiché de faire des économies de carburant et d’assurer un meilleur confort des passagers. Dans les faits, cela se traduit dans d’autres réseaux par une augmentation des sanctions à l’encontre des conducteurs (avertissements, blâmes, etc.). En effet, en cas d’accident dans le bus, la conduite des chauffeurs est aussitôt analysée et sa responsabilité est recherchée. Pour la section CFDT, il n’est pas acceptable d’appliquer un tel système à Brest avec une voirie dans un état déplorable et des temps de parcours tirés au maximum. Les conducteurs n’ont plus de temps de battement en bout de ligne leur permettant de souffler, de décompresser avant de repartir.

La section CFDT a déposé un préavis de grève pour la période du 14 décembre 2016 au 13 mars 2017 pour demander l’ouverture de négociations pour une augmentation de 8 points d’indice pour l’ensemble du personnel et pour le retrait du système Konfort.

Le premier temps fort de la mobilisation est prévu ce samedi 17 décembre. D’ores et déjà 86% des conducteurs devant travailler ce jour là se sont déclarés grévistes. Une Assemblée Générale prévue à 11 heures permettra de déterminer les suites à donner au mouvement.