Congrès du syndicat Santé Sociaux. Le renouvellement intergénérationnel dans les faits

Publié le 16/12/2016 à 15H06 (mis à jour le 25/08/2017 à 15H58)
Le syndicat Santé Sociaux a tenu son congrès statutaire le 25 novembre. Temps fort de la vie démocratique, les délégués présents ont élu le conseil départemental rajeuni et renouvelé à 50%, voté à 93% le rapport d’activité et à 94% les orientations pour les 4 prochaines années. La table ronde a permis des échanges sur le renouvellement générationnel et l’engagement militant de demain. Cet enjeu majeur du congrès se traduit dans les faits.

Le syndicat Santé Sociaux du Finistère est le premier syndicat départemental de la CFDT dans son ensemble, il regroupe 3323 adhérents dont près de 80% sont des femmes. C’est un syndicat mixte, les adhérents sont répartis à 50% dans le secteur privé et 50% dans le public. Pour prendre en charge les problématiques départementales il est organisé en 4 branches :
• Public,
• Associatif sanitaire sociale et médico-sociale,
• Maintien à domicile,
• Lucrative et libérale.

Le congrès a vu la participation de 153 délégués issus des différents secteurs du département et représentant 32 sections syndicales. Il s’est déroulé à Douarnenez dans une ambiance studieuse et conviviale.

Un temps du congrès a été consacré à des modifications statutaires, cela amène à une harmonisation au niveau de la fédération des appellations des différentes strates de l’organisation afin d’optimiser l’utilisation de Gasel. Par exemple, le bureau départemental devient conseil départemental.

Le rapport d’activité a été présenté par les responsables de branches, des commissions permanentes (communication, conditions de travail, développement, formation syndicale, juridiques privé et public) et des commissions créées en fonction des besoins ou de l’actualité (renouvellement générationnel, bien vieillir en Finistère).

Le rapport d’activité a été voté à 93%. Il a abordé, entre autres, la déclinaison de la loi hôpital/patient/santé/territoire et ses cohortes de réorganisations dans le secteur associatif. Des fusions/absorptions qui créent des problèmes de gouvernance et de grosses difficultés de dialogue social. Cette situation est aussi prégnante dans le secteur des laboratoires. Il est à noter également l’investissement du syndicat dans la formation syndicale, 1200 journées de formation réalisées avec l’Ifreb et l’Ifress sur le mandat.

Le rapport d’orientations a été adopté à 94% des voix. Il met l’accent, entre autres, sur le nécessaire dialogue social dans la mise en place des Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT). Le travail syndical engagé sera poursuivi autour des fusions/absorptions en cours, sur les conditions de travail, etc. Une action est envisagée dans la branche associative sanitaire sociale et médico-sociale où les salaires n’ont pas bougé depuis 6 ans.

Le congrès a élu le conseil départemental. Celui-ci est constitué du collège A composé de 11 personnes (Commission exécutive) et du collège B comprenant 30 personnes. Ce second collège a été rajeuni et renouvelé à 50%, la plus jeune des membres a 28 ans. Le conseil départemental a une moyenne d’âge de 45 ans, il est constitué par 64% de femmes.

Une table ronde a été organisée l’après-midi sur le renouvellement générationnel. Il s’agissait de prolonger la réflexion engagée suite à une formation Issto sur le renouvellement générationnel pour déterminer : quel engagement militant demain ? Quelle transmission de l’histoire, des valeurs, des pratiques syndicales CFDT ?

Lydie Nicol, secrétaire générale de l’UD du Finistère et secrétaire régionale, ainsi qu’Eve Rescanière, secrétaire nationale de la fédération Santé Sociaux, sont intervenues sur l’engagement militant autour des questionnements : comment on y arrive ? Quels sont les points positifs et les inconvénients ? Deux témoignages de jeunes femmes en responsabilité. Les échanges ont été ponctués de 4 petits films sur les thèmes de l’adhésion, de l’engagement, du regard des autres sur l’engagement et sur la transmission. La démarche a été accompagnée par Alain Vilbrod, sociologue à la Fac de Brest.

Au vu de l’investissement de nouveaux militants le renouvellement générationnel est déjà engagé. C’était un enjeu majeur du congrès. La transmission est importante pour que les militants de demain ne perdent pas l’histoire et le sens de l’action, tout ce qui a fait la CFDT d’aujourd’hui.