Communiquer, former, être présents

Publié le 04/12/2012 à 13H55
En 1998, le syndicat Interco des Côtes d'Armor affichait 6 826 cotisations. En 2010, il clôture à 11 835 cotisations, soit une progression de plus de 73% ! Comment cela est-il possible ? Nous avons posé la question à Jean-Luc Desnos et Isabelle Sohier, tous deux fortement impliqués dans le développement du syndicat.
Communiquer, former, être présents
Communiquer, former, être présents
En 1998, le syndicat Interco des Côtes d'Armor affichait 6 826 cotisations. En 2010, il clôture à 11 835 cotisations, soit une progression de plus de 73% ! Comment cela est-il possible ? Nous avons posé la question à Jean-Luc Desnos et Isabelle Sohier, tous deux fortement impliqués dans le développement du syndicat.

La communication

Depuis de nombreuses années, le syndicat publie quatre fois par an un journal « Les branchés du 22 » distribué à tous les agents territoriaux du département. « Nous sommes la seule organisation syndicale à faire ce type de communication – déclare Jean Luc – C’est un vrai choix politique, qui a un coût important mais qui nous assure une présence sur tout le territoire. Le journal est tiré à 11 800 exemplaires. Nous y traitons de sujets liés aux évolutions du statut et aussi de l’actualité syndicale. Ce qui est important, c’est que ce journal circule dans les collectivités, il permet aux agents d’avoir un contact en cas de besoins spécifiques. Il est même arrivé que par son intermédiaire nous mettions des salariés (conjoints d’agents) en relation avec un autre syndicat de la CFDT ».

La présence sur le terrain

Dans la fonction publique territoriale, les élections professionnelles ont lieu tous les six ans. Elles sont calquées sur le rythme des élections municipales. « A chaque élections il nous faut faire des listes avec plus de 700 noms –précise Isabelle – On  ne les sort pas d’un chapeau. Il faut aller à la rencontre des agents. Nous avons fait le choix d’utiliser au maximum les heures d’information syndicale. Etant donné la complexité du statut, la taille des collectivités (souvent très petites) nos rencontres répétées génèrent de la fidélisation et petit à petit de la confiance et enfin de l’adhésion. Notre leitmotiv est simple, pour défendre vos droits, il faut les connaître. »

La formation

Pour maintenir la présence CFDT sur un territoire, il faut que chaque militant acquière les compétences nécessaires « Ces formations sont nécessaires pour familiariser les nouveaux responsables au fonctionnement de la fonction publique, à l’évolution permanente du statut mais aussi au fonctionnement de la CFDT. Nous organisons ainsi plusieurs fois par an des sessions de formation souvent décentralisées. Le syndicat a aussi multiplié les formations pour les nouveaux adhérents ».