La CFDT de PSA entrevoit le bout du tunnel

Publié le 08/07/2016 à 12H02
Depuis de longs mis, la CFDT se bat pour l'avenir du site de la Janais. L'annonce de la production d'un nouveau véhicule la conforte dans ses choix.

L’épée de Damoclès a été remisée dans son fourreau. L’annonce le 20 juin dernier d’un nouveau véhicule confiée à l’usine PSA de la Janais a permis de lever les doutes sur l’avenir immédiat du site de production. « Le cap de la fermeture du site initialement prévu mais jamais officiel s’éloigne pour laisser place à un cap où tout est possible », se félicite la section CFDT de PSA. En avril dernier, elle a signé un accord compétitivité qui trouve aujourd’hui ses fruits dans cette bonne nouvelle. Cet accord prévoit un gel des salaires pendant trois ans en contrepartie d’un investissement de 160 millions d’Euros, dont 100 millions en Bretagne afin d’assurer la production de ce futur véhicule et de moderniser le site de production. « Depuis 2012, nous avons travaillé à l’intérieur et à l’extérieur du site pour avoir une autre solution que Pôle emploi pour les salariés », explique Laurent Valy, secrétaire du syndicat de la métallurgie 35. Appuyée dans la démarche par l’interpro, la section est allée frapper à toutes les portes pour obtenir le soutien des collectivités rennaises, départementales et régionales. « Sur le site, nous avons accompagné les transformations et accepté beaucoup de flexibilité pour se rapprocher du seuil de rentabilité, détaille-t-elle dans un communiqué. Nos choix n’ont pas toujours été compris mais nous les avons toujours assumés car notre premier devoir est de défendre l’emploi. »

Le nouvel objectif, les conditions de travail

La sauvegarde de l’emploi pour les dix prochaines années assurée, la CFDT souhaite désormais se battre pour améliorer les conditions de travail des salariés de l’usine. « C’est un travail de longue haleine qui nous attend. L’amélioration de la compétitivité sera possible si nous donnons la capacité aux équipes de pouvoir s’approprier l’organisation du travail, de pouvoir discuter des règles de travail, de la pertinence des façons de faire… ». Lors de la négociation de l’accord de performance du site, la CFDT a obtenu que des expérimentations de qualité de vie au travail soient engagées, rappelle-t-elle.