UN PLAN D’ACTION VERS LES SALARIÉS DES TPE EN BRETAGNE

Publié le 27/02/2013 à 15H50 (mis à jour le 08/01/2014 à 15H55)
Les premières élections de représentativité dans les TPE ont placé la CFDT à la première place des organisations syndicales en Bretagne avec 26,86% des suffrages.

Ce scrutin, s’il confirme la bonne image de la CFDT auprès des électeurs et électrices de ces entreprises, a aussi été marqué par un taux global de participation de seulement 10,8%.

Même si ce taux est légèrement supérieur au taux national, il n’en est pas moins particulièrement faible et révélateur d’une implantation syndicale insuffisante chez ces salariés. C’est pourquoi la CFDT a décidé de multiplier les actions en leur direction de façon à leur montrer l’intérêt du syndicalisme CFDT mais aussi à mieux connaître leurs situations et leurs revendications.

Nos voulons ainsi, avec les syndicats concernés, construire des actions durables afin d’améliorer la visibilité de la CFDT et nous implanter dans les TPE. Pour cela, la CFDT entend multiplier les actions de proximité et développer le dialogue social.

Renforcer la proximité avec les salariés de l’artisanat

C’est ainsi qu’une convention sur le développement du dialogue social dans l’artisanat devrait traduire la volonté de la confédération, de l’URI et des UD de s’organiser et de se développer syndicalement dans les TPE. Ce projet de convention vise principalement à renforcer la proximité avec les salariés de l’artisanat et à impliquer plus étroitement nos adhérents dans les lieux du dialogue social.

Pour cela, un plan d’action en cinq points a été conçu. Il prévoit de :

• REPERER et impliquer nos adhérents de l’artisanat en renforçant notre présence dans les TPE/TPE et sur les territoires. Ainsi, afin de mieux repérer les adhérents, un travail de saisie des informations des données avec les syndicats sera prévu afin de créer un listing TPE. Au delà, des actions et des rencontres sont prévues dans les différents départements.

• VALORISER les métiers de l’artisanat et promouvoir l’emploi dans ce secteur notamment auprès des jeunes, et demandeurs d’emploi. Pour l’UD du Finistère par exemple, aller à la rencontre des apprentis reste une priorité.

Une présence CFDT, sur les journées « porte ouverte » et sur la « semaine de rentrée » des différents CFA de la région, est organisée.

• DEVELOPPER les structures territoriales afin de renforcer le dialogue social de proximité et le conseil de proximité aux entreprises. Un travail sur les lieux d’échanges à mettre en place avec les adhérents et militants des TPE est à prévoir. Cela passe par un développement de l’accueil de proximité et, pourquoi pas, la création d’un collectif TPE.

• RENFORCER la présence de représentants d’entreprises artisanales dans les négociations paritaires de branche et interprofessionnelle en intégrant des salariés TPE à la CPRIA afin de renforcer le lien entre ces structures et les salariés. Cela devrait permettre, entre autres, de mieux faire connaître aux salariés les différentes avancées (accords, évolutions des ASC…).

• INFORMER et sensibiliser les salariés aux dispositifs existants. Des démarches sur le territoire des Côtes d’Armor sont ainsi prévues de juin à septembre 2013 pour faire la promotion du dispositif Viv’Arti.

ISABELLE MARSOLLIER

Projet Viv’Arti, que devient il ?

Les partenaires sociaux ont construit le comité d’Activités Sociales et Culturelles pour les actifs de l’artisanat et du commerce de proximité, outil opérationnel de la CPRIA. Aujourd’hui, le dispositif de communication autour du dispositif Viv’Arti est en place :

  • une plaquette a été créée,
  • un site internet a été mis en place www.vivarti-bretagne.org
  • une chargée de mission a été recrutée.