Illettrisme, M. Macron : parler vrai, c'est respecter les faits et les personnes !

Publié le 18/09/2014 à 09H41
Les propos blessants du tout nouveau ministre de l’économie relèvent ils de la maladresse ou de l’inconséquence ? Peu importe, ils insultent les salariés, confortent des préjugés d’un autre temps, enfoncent le débat politique dans la pire des caricatures ! Il est urgent de retrouver le sens du respect ! 

Paroles de ministre

La presse relate les propos de M. Macron, et ça fait mal !

« Dans les sociétés qui me sont données, sur les dossiers que j'ai, il y a la société Gad. Vous savez ? Cet abattoir. Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. Pour beaucoup on leur explique : « vous n'avez plus d'avenir à Gad ou aux alentours. Allez travailler à 50 ou 60 kilomètres ». Ces gens-là n'ont pas le permis de conduire. On va leur dire quoi ? Il faut payer 1 500 euros et il faut attendre un an ? Voilà, ça ce sont des réformes du quotidien et ça ce sont des réformes qui créent de la mobilité et de l'activité ».

« Une insulte aux femmes de Gad »

Des propos qui ne passent pas, pour Annick le Guével, déléguée syndicale CFDT de Gad Josselin. « Je suis choquée, je ne sais pas d'où M. Macron tient ces propos », s'étonne lasyndicaliste.

« Déjà, il n'y a pas une majorité de femmes dans l'entreprise, nous ne sommes que 40 %...», souligne-t-elle, « Et puis, en tant que responsable de la commission d'égalité professionnelle chez Gad, je peux vous dire que nous faisons attention à ce que tout le monde puisse avoir accès à la formation et à la connaissance. De toute façon, manque de formation ne veut pas dire illettrisme ! C'est une insulte aux femmes de Gad et aux femmes de l'agroalimentaire en général. »

Très remontée, elle « invite Emmanuel Macron à se rendre sur le site de Gad et à échanger avec les femmes de l'entreprise. Il verra qui elles sont ». 

Quelques points sur quelques i !

Jamais une personne ne peut être résumée à son illettrisme supposé ou réel, peu importe ! Se risquer à ce raccourci rend le propos insultant, intolérable. Et que dire quand cela englobe et décrit tout un groupe de personnes et comme par hasard des femmes ! Consternant ! 

L’illettrisme est un vrai problème, un vrai défi pour le système éducatif, une limite à dépasser pour notre démocratie. Pour celles et ceux qui le vivent c’est un enfermement, un drame personnel.  Le rôle d’un responsable c’est d’aider à la recherche de solutions dans le respect de l’individu, pas de caricaturer des situations ou des personnes. 

Ce n’est pas l’illettrisme qui est à l’origine de la crise de l’entreprise GAD ! Et aucun élément ne permet de dire que la question de l’illettrisme se pose dans cette entreprise. Non le propos du ministre relève bien d’idées reçues, de fausses évidences non vérifiées. Un ministre, ça sait les choses et ça les dit, sans consulter les gens concernés, pour quoi faire ? Cherchez l’erreur ! 

La CFDT n’est pas dans le déni de la réalité. Oui, certains salariés, ici ou là, hommes ou femmes, jeunes ou vieux … sont victimes de l’illettrisme qui les handicape dans leur carrière ou leur reclassement, mais ces situations doivent être analysées au cas par cas, avec la personne concernée et dans le seul but de l’aider, pas de la stigmatiser !   

Ces propos sont indignes d’un ministre de la République. On parlera sans doute de maladresse… Il s'est excusé, viendra probablement à Josselin ... incident clos ? Non, ce qui est nécessaire, c'est une vraie prise de conscience de la part des politiques ! Et cela parce que cette péripétie est révélatrice d’une propension à considérer les salariés comme des masses de données à entrer dans des cases, des graphiques, pour trouver une bonne équation. C’est faire fausse route, la dimension humaine est à la base de la réussite de tout projet collectif, y compris la relance de l’économie ! Et c’est encore plus vrai dans la société de la connaissance qui se construit. 

  • C’est pour cela que la CFDT milite pour un dialogue social respectueux, ancré dans les réalités, fondé sur les compétences et les responsabilités de chacun.
  • C’est pour cela qu’elle ne cesse de dire que la formation est préférable au chômage, mais jamais l’insulte n’a donné envie d’apprendre et confiance en soi !
  • C’est pour cela aussi qu’elle prend sa part dans le combat contre l’illettrisme, mais à sa façon, avec dignité, en proposant des démarches concrètes pour aider les victimes de ce fléau, pas en maniant simplisme, condescendance et pitié !

Voir le fichier joint sur le thème "agir dans l'entreprise contre l'illettrisme".

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS