Universités : à Rennes, une fusion qui prépare l’avenir

Publié le 25/03/2014 à 10H31
L’organisation des Universités est un sujet qui parait bien abstrait au grand public. Et pourtant, c’est une part de l’avenir de chacun qui se joue là.

L’Université, c’est la formation initiale de la jeunesse et elle doit donc être accessible au plus grand nombre, le plus possible exempte de toute discrimination sociale. De ce point de vue, la question de la proximité des lieux de formation est essentielle.

Mais l’Université c’est aussi le lieu de fabrication des savoirs les plus complexes, parmi lesquels se trouvent les clés du progrès économique de demain. Pour construire de nouvelles connaissances, il faut échanger avec l’ensemble de la communauté scientifique et participer aux programmes de recherches européens et internationaux. Il faut donc atteindre une taille critique pour exister sur cette scène mondiale.

Enfin, ces deux aspects, la formation et la recherche, qui peuvent apparaitre contradictoires sont étroitement mêlés parce qu’à ce niveau de leur parcours, les étudiants ont besoin d’accéder à la recherche.

Le débat du moment porte sur la création de formes d’organisation qui permettent de conjuguer ces différents objectifs en tenant compte des réalités sociales et du contexte international. Pour le Sgen-CFDT, c’est autour de la qualité du projet de formation et de recherche qu’il faut construire et faire vivre des structures universitaires adaptées aux enjeux de notre époque.

Dans cette perspective, et en prélude au débat plus large sur les communautés d’universités, une démarche de fusion des deux Universités rennaises a été initiée et vient d’être votée par les deux Conseils d’Administration. Le Sgen-CFDT approuve et soutient cette démarche tout en restant vigilant et actif sur les questions d’emploi et de conditions de travail des personnels.