5 ans plus tard, les collectifs bretons du Pacte du Pouvoir de Vivre sont toujours mobilisés

Publié le 02/04/2024

Depuis 2019, les groupes locaux du Pacte du pouvoir de vivre en Bretagne se sont structurés et mènent des actions en lien avec les problématiques sociales de nos territoires. Régulièrement, les membres du Pacte interpellent les élus locaux et interrogent leur positionnement sur ces problématiques. Une manière pour la société civile de peser sur le cours des évènements.

Des responsables du groupe du Pacte de pouvoir de Vivre des Côtes d'Armor lors d'un colloque à Plérin, juin 2023.

C’était une réponse de la société civile à la crise des gilets jaunes et aux appels à plus de démocratie. Le 5 mars 2019, 19 organisations de la société civile s’engageaient ensemble pour créer le Pacte du Pouvoir de Vivre. Une alliance inédite destinée à ce que chaque citoyen puisse peser et agir sur les pouvoirs publics autour des questions sociales, environnementales et démocratiques. Quinze jours plus tard, la première déclinaison locale de cette alliance voyait la jour dans le Finistère, à Concarneau. Cinq ans plus tard, une quarantaine de groupes locaux se sont développés dans toute la France, dont un sur chaque département breton. 

 

Des groupes investis sur les sujets sociaux bretons 

En cinq ans, les groupes locaux bretons se sont structurés et se sont emparés des débats autour des problématiques sociales sur les territoires. Ils organisent des débats et conférences thématiques et interpellent régulièrement les élus locaux sur des sujets aussi variés que le logement, l’offre de soins, l’accompagnement des personnes en situation de précarité, la participation aux élections…  

Dans le Morbihan, le groupe du PPV s’attache à la question de l’accès au logement, problématique très prégnante sur le département. Dans les semaines à venir, les militants CFDT intégrés au collectif vont rencontrer l’association Solidaire pour l’Habitat sur la question de la rénovation des logements en milieu rural. Cette rencontre doit servir à alimenter une nouvelle campagne de « lobying » auprès des sénateurs morbihannais sur la simplification des normes réglementaires et sur leur position vis-à-vis de la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU). 

Très récemment, le collectif des Côtes d’Armor avec la présidence de la Commission Médicale du Centre Hospitalier Yves-le Foll à Saint-Brieuc sur la question de l’offre de soins à destination du public le plus en difficulté et sur l’attractivité de l’établissement auprès des internes de médecine pour leur donner envie de rester sur le territoire. Un échange destiné à enrichir la réflexion des acteurs locaux du Pacte dans leur adresse auprès des élus et des parlementaires du département.  

Enfin, à l’approche des élections européennes, les membres du Pacte se mobiliseront pour faire vivre la démocratie face à la montée des idéologies extrémistes. La CFDT y prendra toute sa place pour faire vivre les débats et inciter au vote.