Les employés de Leroy Merlin en grève pour la première fois pour dénoncer une baisse du pouvoir d’achat !

Publié le 22/11/2021

Une quarantaine de salariés du magasin Leroy Merlin à Betton (Ille et Vilaine) se sont mis en grève pour dénoncer la qualité du dialogue social et la réduction du pouvoir d’achat. Ce mouvement donne suite à l’appel à la grève nationale chez Leroy Merlin le 19 et le 26 novembre. Une première pour les salariés de Betton, qui connaissaient peu la CFDT.

« C’est une première depuis l’ouverture du magasin, il y a 16 ans » témoigne un salarié présent depuis la création du site. Les 160 salariés du magasin sont plutôt éloignés du syndicalisme, très peu étant syndiqués. Pourtant, ils se sont mobilisés pour une action symbolique afin de dénoncer un manque de reconnaissance de la direction nationale, basée à Lille. 

La chaîne compte près de 27 000 salariés sur le territoire national, grâce auxquels elle a obtenu un chiffre d'affaires record cette année. Même constat pour le site de Betton : le magasin vient de dépasser les 50 millions de chiffres d’affaires. Un résultat en parti dû à leur implication, selon les salariés : « nous travaillons jusqu’à 20h en semaine, certains sont là dès 6h et nous sommes aussi présents le dimanche. On a même travaillé en pleine crise Covid, en dépit de l’inquiétude. » 

Une négociation bloquée et des propositions insuffisantes 

Lors des négociations des salaires pour l’année prochaine, la direction a mis fin aux négociations en proposant une augmentation de 2% sur les salaires et le doublement de la prime d’inflation de 100 à 200€, refusant toutes autres propositions.  

Deux problèmes subsistent :  

-L’augmentation proposée n’est même pas proportionnelle à celle du SMIC en octobre dernier (2,2%) et l’inflation étant supérieure à la hausse des salaires, le pouvoir d’achat des salariés de Leroy Merlin va se réduire.  

-Quant à la prime d’inflation, il s’agit d’une mesure ponctuelle qui ne règle rien sur la durée et que les salariés ne sont même pas sûrs de recevoir, cette mesure venant d’être retoquée le 18 novembre par le Sénat. 

La CFDT exige la réouverture des négociations avec des propositions en phase avec les résultats de l’entreprise.  

IMG 8618

Des salariés qui aiment leur métier et leur entreprise 

« On adore nos métiers, témoigne un adhérent. C’est une bonne boîte mais plus ça va, moins on est rétribué. L’argent entre dans le Groupe, les plus grosses rémunérations augmentent, mais nous on ne voit rien retomber dans notre porte-monnaie ». 

Le dialogue est plutôt bon avec la direction du site de Betton, mais ce dernier n’a aucune prise sur les négociations qui se jouent au niveau national. Une action essentiellement symbolique donc, mais qui a été reprise par plusieurs magasin en France. La moitié des entrepôts ont été bloqués. 

Cette problématique est particulièrement présente dans le secteur de la Grande Distribution. Leroy Merlin est une enseigne du Groupe Mulliez, comme Auchan dont les salariés n’ont eu droit qu’à 0,8% d’augmentation en 2021, mais aussi Boulanger, Kiabi, et Décathlon qui a tenu un mouvement de grève nationale le 12 novembre pour les mêmes raisons