Les syndicats CFDT de la Chimie-Energie rencontrent la chambre patronale régionale

Publié le 04/12/2012
Lundi 12 octobre 2009, 40 militants CFDT du syndicat Chimie Energie Bretagne, sont venus de toute la Bretagne à Rennes pour rencontrer une délégation de la chambre patronale de la plasturgie. Ils étaient accompagnés par une délégation des Syndicats Maine Anjou, Vendée Loire Atlantique, de la FCE et de l'URI Bretagne.
Les syndicats CFDT de la Chimie-Energie rencontrent la chambre patronale régionale
Les syndicats CFDT de la Chimie-Energie rencontrent la chambre patronale régionale
Lundi 12 octobre 2009, 40 militants CFDT du syndicat Chimie Energie Bretagne, sont venus de toute la Bretagne à Rennes pour rencontrer une délégation de la chambre patronale de la plasturgie. Ils étaient accompagnés par une délégation des Syndicats Maine Anjou, Vendée Loire Atlantique, de la FCE et de l'URI Bretagne.

L’objet de cette rencontre était de rappeler à nos interlocuteurs nos revendications en vue de la Commission Mixte Paritaire prévue le 19 octobre prochain, qui doit déboucher sur un nouvel accord « salaires » pour sortir du vide « juridique » dans lequel se trouve une majorité de salariés depuis la dénonciation du précédent accord par le Patronat.

Les revendications CFDT  :

  • revalorisation des montants proposés,

  • deux plages de coefficients pour les négociations annuelles et non trois comme le propose la chambre patronale : 700 à 830 et 900 à 940,

  • garantie du maintien des écarts entre les plages, pour éviter le tassement de la grille,

  • seuil maximum de la prime d’ancienneté à 18 ans et non plus à 15, donc 2,4% de plus sur le salaire réel.

 

Nous avons également dénoncé la position de la chambre patronale régionale qui a laissé certains employeurs geler la prime d’ancienneté, et ce, contrairement à l’avis de la chambre patronale nationale. Pour la CFDT, ce gel est illégal et complètement inapproprié dans le contexte de crise et de baisse de pouvoir d’achat que connaissent les salariés. Nous envisageons une action en justice si la négociation en cours n’aboutit pas.

Par ailleurs, les représentants patronaux s’inquiètent de la démarche revendicative de la CFDT et de la multiplication des conflits soutenus par le Syndicat Chimie Energie Bretagne (Roccaouest, Kelt, Fermetures du Porhoët, etc).

Pour notre Syndicat, il est hors de question d’abandonner le terrain revendicatif tant que le dialogue social n’aura pas repris dans la branche, et ce, avec des résultats concrets pour les salariés.

Nous continuerons donc à soutenir nos équipes CFDT et invitons les salariés à se mobiliser pour prendre leur avenir en mains.

Jean Luc NICOLAS

Secrétaire du syndicat Chimie-Energie Bretagne