Accueil, fraternité, solidarité, intégration… Un devoir collectif pour la CFDT Bretagne

Publié le 10/09/2015

Communiqué de presse

La "crise migratoire" est en réalité une catastrophe humanitaire…c'est la fuite désespérée de populations qui veulent échapper à la guerre, à l'horreur et qui cherchent à protéger leurs familles, allant jusqu'à mettre leur vie en péril.

Victimes de persécutions les plus odieuses, elles nous placent en devoir d'accueil, de fraternité et de solidarité.

"Un pays qui tourne le dos à ses valeurs est un pays qui se perd !" déclarait récemment Laurent BERGER.

Au-delà d'un premier geste humanitaire, indispensable, une situation exceptionnelle appelle des moyens exceptionnels.

C'est l'ensemble de la Communauté internationale qui est interpellée par ce drame. L'Europe doit apporter des réponses coordonnées et solidaires.

Au niveau national, l'Etat, les collectivités, les entreprises, les syndicats et les associations… doivent collaborer pour assurer cette part de solidarité et créer les conditions d'une intégration réussie.

 OUI, un accueil n'a de sens que s'il se poursuit par une intégration durable et partagée.

 NON, cette immigration assurée dans l'urgence n'est pas un "fardeau"  dont on doit s'acquitter comme le dit le Front National, mais une "opportunité" qu'il faut saisir. Cette migration est celle d'une population exclue pour des raisons ethniques, religieuses, culturelles ou politiques, une population souvent qualifiée, qui dispose de compétences et des conditions nécessaires à une intégration positive.

 NON, l'accueil des migrants ne se fera pas au détriment des salariés et des demandeurs d'emploi français. Développer l'emploi passe par des investissements dans l'innovation, la formation,… qui engagent la responsabilité de l'ensemble des acteurs (Etat, entreprises, collectivités, partenaires sociaux). C'est par cet engagement qu'on renforcera le "vivre ensemble".

Alors, il nous faut assurer notre part du devoir humanitaire en même temps que notre devoir d'intégration. Il nous faut combattre le mépris de ceux qui "brandissent" cet accueil comme un fardeau ou une menace.

Des initiatives ont été prises par l'Europe, par de nombreux pays… des initiatives concrètes sont lancées depuis quelques jours par des citoyens, des associations, des entreprises, des collectivités, des syndicats…

Je vous encourage à participer et à faire participer à ces actions lorsqu'elles sont responsables.

Rennes, le 10 septembre 2015

Au nom de l'exécutif CFDT Bretagne,

Louis Baron,

Secrétaire Général.