Annonces de Jean Marc AYRAULT : La CFDT veut des résultats concrets et équitables pour les salariés

Publié le 10/11/2013

communiqué commun de la CFDT Bretagne, de la fédération générale agroalimentaire CFDT et de l'Union Professionnelle Régionale Agroalimentaire CFDT de Bretagne le 18 octobre 2013

Le premier ministre a annoncé la mise en place de mesures d’accompagnement renforcées pour les salariés qui perdent leur emploi dans le secteur agro alimentaire breton.

Pour la CFDT, si ces annonces vont dans le bon sens, il est indispensable d’en discuter la mise en oeuvre.

Pour cela le gouvernement doit préciser rapidement le périmètre d’application de ces mesures : quelles entreprises ? Quels territoires ? Quelles filières ?

La CFDT sera vigilante sur le respect de l’égalité de traitement et la qualité de l’accompagnement proposé à l’ensemble des salariés dont l’emploi est menacé par la crise sans précédent que traverse l’économie bretonne. Que ces salariés soient bien identifiés dans toutes les entreprises, mais aussi chez leurs sous traitants, et les emplois indirects qui en découlent.

La mise en place de ces mesures exceptionnelles par l’Etat ne doit pas exonérer les responsabilités spécifiques de chaque entreprise, ni celles des filières qui n’ont pas su ou pas voulu anticiper des difficultés pourtant largement connues de tous les acteurs économiques et politiques.

La CFDT n’a cessé de les alerter et de tenter de les mobiliser depuis des années. Elle l’avait fait de nouveau avec force pour faire entendre sa vive inquiétude sur l’avenir de l’agroalimentaire en Bretagne, le 23 mars 2013, à Pontivy. Aujourd’hui, beaucoup semblent se réveiller et sonnent le tocsin :

Qu’au moins la crise permette enfin la nécessaire prise de conscience collective des acteurs bretons !

La CFDT estime qu’il est encore temps de mettre sur pied une nouvelle dynamique régionale pour faire évoluer le secteur de l’agro alimentaire et l’adapter aux nouveaux défis économiques sociaux et environnementaux qui s’imposent à lui.

Ce secteur, comme ses salariés, en ont les atouts.

Le dialogue social en est un. Au-delà du gouvernement, et des subventions (accompagnées de conditionnalités à un volet social), il faut un engagement d’acteurs représentatifs et responsables. La CFDT Y est prête.

Fait à Paris, le vendredi 18 octobre 2013

 

Patrick Massard Secrétaire Général FGA-CFDT

Jean-Luc Feillant, Secrétaire général adjoint UPRA-CFDT Bretagne 

Louis Baron, Secrétaire général URI-CFDT Bretagne