GAD : la CFDT dénonce l'homologation précipitée du PSE

Publié le 22/10/2014 à 11H30
Cette décision crée un précédent dangereux et s'ajoute à un comportement odieux de la direction dans un moment ou les salariés concernés sont livrés à eux mêmes sans réponses à leurs légitimes questions. C'est aussi le 1er titre du journal de TV Rennes auquel vous pouvez accéder par le lien proposé.

 Communiqué de presse

                                                                                                                                                       Le 21 octobre 2014 

Par décision du 20 octobre 2014, l’Unité Territoriale DIRECCTE du Morbihan a homologué le document unilatéral relatif au projet de licenciement économique collectif de l’entreprise SAS GAD de JOSSELIN.

La CFDT prend acte de la décision mais rejette les arguments avancés par l’administration en charge de l’homologation. Aujourd’hui elle se réserve le droit de contester cette décision au tribunal administratif.

Cette décision crée un précédent dans la mise en œuvre des Plans de Sauvegarde de l’Emploi. À présent, tout employeur sera en mesure d’anticiper la mise en œuvre des licenciements sans attendre une éventuelle homologation de l’organisme de contrôle (DIRECCTE).

Nous observons depuis vendredi dernier, jour où l’annonce a été faite aux salariés de leur éventuel licenciement, que ces derniers sont laissés à l’abandon dans la nature face à leur problème sans interlocuteur vers qui se retourner.

La CFDT dénonce la façon odieuse que la direction a employée pour informer les salariés de leur avenir : maintien ou licenciement.

Le PSE fait état d’un dispositif d’accompagnement des salariés. Force est de constater qu’aujourd’hui celui-ci n’est pas activé par la procédure alors que la situation l’impose.

Plusieurs salariés se retrouvent dans des situations inexpliquées sans que personne ne puisse leur répondre. Actuellement seule la CFDT accompagne les salariés en attente de leur licenciement.

Nous dénonçons cet immobilisme et demandons que l’employeur la CECAB ainsi que les administrateurs prennent leurs responsabilités dans ce dossier.

Nous demandons aussi qu’une table ronde se tienne dans les plus brefs délais en présence de tous les acteurs pour évoquer les points de divergence dénoncés par la CFDT.

Ce jour, l’entreprise Josselin Porc Abattage (ex GAD) a recruté une dizaine d’intérimaires dans le cadre du redémarrage du site, alors même que les anciens salariés ne sont pas encore formellement licenciés. La CFDT, dans le cadre de la discussion sur le PSE, avait pointé le problème de sous effectif au vu de la proposition de reprise. Ce point là est d’ailleurs une des raisons qui l’a conduite à émettre un avis négatif sur le PSE. Une rumeur fait également état d’un recrutement d’une cinquantaine de salariés détachés.

La CFDT s’insurge de cette situation qu’elle considère comme une insulte aux salariés qui sont dans l’attente de leur licenciement.

De plus, cette dernière met les salariés dans un état d’esprit qui risque d’occasionner des dérapages. Nous demandons à la société Josselin Porc Abattage de revenir sur le périmètre social et de démentir ces rumeurs qui alimentent un sentiment d’incompréhension, d’exclusion et un relent de racisme économique. 

Contacts : 

Annick Le Guével, secrétaire générale SGA CFDT 56 : 06 33 17 68 42 

Patrick Piguel, DSC-CFDT GAD : 06 87 57 38 07 

Louis Baron, Secrétaire général URI-CFDT Bretagne : 06 32 54 18 34 

Patrick Massard, secrétaire général FGA-CFDT : 06 87 64 11 0

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS