GAD : LA CFDT VEUT AMELIORER LE PSE. ACTION EN COURS !

Publié le 24/10/2014 à 09H52 (mis à jour le 25/08/2017 à 15H13)
A la suite de la rencontre avec les salariés et les prises de position de la CFDT, des discussions se sont ouvertes avec la Direction de GAD.

Communiqué de presse du 23 octobre 2014

Une rencontre relative à la situation des salariés licenciés de la SAS GAD s’est déroulée hier à Lorient entre les élus CFDT de la société GAD et les représentants de l’entreprise.

Cette rencontre avait pour objectif d’améliorer et de préciser les dispositifs déjà présents dans le PSE. Les parties se sont quittées en soirée après s’être accordé sur quelques points notifiés dans un relevé de décisions.


Aujourd’hui à 9h nous avons restitué les résultats de nos travaux aux salariés lors d’une assemblée générale qui s’est tenue à JOSSELIN.

Les salariés ont pris acte des avancées suivantes :

  • Communication des éléments et pièces administratives demandés par la section syndicale CFDT (CECAB – JPA) 
  • Réouverture d’une période de départ volontaire pour les salariés qui n’ont pas eu l’opportunité de transmettre leur demande, 
  • Report du délai de réflexion pour les propositions d’offres de reclassement interne et externe, 
  • L’activation de la cellule psychologique et de l’accompagnement du retour vers l’emploi, 
  • La sécurisation des fonds du PSE.


Par contre, les salariés ont constaté que certaines de leurs demandes n’ont pas été prises en compte et notamment :

  • La prise en compte du différentiel des allocations chômage (ARE/CSP) pour les salariés possédant moins d’un an d’ancienneté, 
  • La fongibilité des fonds dédiés à la formation 
  • La prolongation de la période d’accompagnement par le cabinet de reclassement.


A l’issue de cette rencontre, les salariés ont donné mandat aux élus CFDT pour revenir vers les employeurs et reprendre les échanges et la négociation. Nos demandes restent dans un cadre financier acceptable et raisonnable pour l’entreprise et fort de ce constat, nous ne comprendrions pas que l’entreprise ne fasse pas un effort supplémentaire en direction de ces salariés déjà bien traumatisés.


Nous demandons aujourd’hui que la direction de chez GAD prenne toutes ses responsabilités et propose à ses salariés un traitement humain et rapide, favorable à de nouveaux projets et un nouvel avenir.

P
ar ailleurs, nous avons demandé à Laurent BERGER Secrétaire National d’intervenir au soutien des salariés demain lors de sa rencontre avec le Ministre de l’Economie Emmanuel MACRON.

Contacts :  

Annick Le Guével, secrétaire générale SGA CFDT 56 : 06 33 17 68 42  
Patrick Piguel, DSC-CFDT GAD : 06 87 57 38 07  
Louis Baron, Secrétaire général URI-CFDT Bretagne : 06 32 54 18 34
Patrick Massard, secrétaire général FGA-CFDT : 06 87 64 11 06

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS