CHEZ COGEDIS, LA CFDT REDESSINE LE TRAVAIL

Publié le 04/09/2015 à 17H15
COGEDIS est une entreprise d’environ 700 salariés au service des exploitants agricoles. Elle les accompagne plus particulièrement dans le suivi de leur gestion budgétaire et de leurs personnels. Confrontés à la mise en concurrence, aux économies de gestion, aux gains de productivité à outrance, les salariés de COGEDIS vont mal et ont décidé d’interpeller leur direction sur leurs conditions de travail...

Ils étaient 230, le 23 septembre, réunis sur le parking de leur siège social à l’appel de la Cfdt, drapeaux et gobelets de café à la main. Dans l’attente du retour des délégués syndicaux, en cours de négociation avec la direction, les échanges vont bon train. Il est vrai que le cahier de revendications est fourni et décrit une situation de mal-être importante des salariés. Les points portés à la négociation font d’ailleurs suite aux sollicitations des salariés engageant les responsables de la Cfdt à concrétiser les résultats de l’enquête « Dessine moi le travail !» à laquelle ont répondu 420 salariés.

L'enquête «  Dessine moi le travail ! » remobilise les salariés pour des résultats concrets

L’état de démoralisation que décrit cette enquête est transposable à beaucoup d’entreprises et d’organismes de services du public et du privé. Il fait apparaître tout d’abord un constat de délitement du lien social du à la mise en concurrence entre salariés, la surveillance accrue engendrée par le datamining et autres joyeusetés d’un management purement technocratique. Il décrit aussi un ressenti de dévalorisation des compétences professionnelles généré par des directions qui faisant table rase du passé négligent les fondements de la culture d’entreprise et piétinent hardiment les valeurs professionnelles et personnelles de leurs salariés.

Une démarche de négociation porteuse d'avenir

Dès 14 heures les délégués syndicaux pouvaient faire état d'avancées notoires sur la question de l'amélioration des conditions de travail mais les interpellations des salariés restaient nombreuses sur la question des embauches.

Au final, cette première séance de négociation, conclue à minuit, a pu aborder l'ensemble des points figurant dans le cahier de revendication. L'accord « Qualité de Vie au Travail » a d'ailleurs été rédigé dès le mardi 30 septembre en prenant en compte la plupart des points d'amélioration demandés par la CFDT, à savoir des demandes touchant aux conditions de travail et le temps de réalisation des dossiers.

Pour répondre à la nécessité de renforts de main d'œuvre les négociateurs CFDT, tous revêtus de leur chasuble orange, ont également obtenus deux CDD de 6 mois minimum pour aider les salariés du Finistère et du Morbihan. Et aujourd'hui encore la négociation continue.

Depuis le début du mouvement dix nouveaux adhérents sont venus rejoindre la section syndicale qui compte déjà 200 syndiqués soit plus de 28% des salariés de l'entreprise. Les responsables de la section ne souhaitent pourtant pas se contenter de ce résultat. Leur action est dorénavant porté vers ces 62 personnes qui lors de l'enquête ont répondu qu'ils n’étaient pas syndiqués mais qu'ils l'envisageaient.