Brest Métropole. La réforme des rythmes scolaires impacte les ATSEM … et les autres agents

Publié le 13/05/2016 à 16H03
La situation des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) occupe l’actualité médiatique. Estimant qu’il n’est pas possible de répondre favorablement à une seule catégorie de personnels, la CFDT de Brest Métropole n’appelle pas à la grève. Pour autant, elle fait des propositions pour l’ensemble des acteurs concernés par l’expérimentation de la réforme des rythmes scolaires.

La situation des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) occupe l’actualité médiatique. Estimant qu’il n’est pas possible de répondre favorablement à une seule catégorie de personnels, la CFDT de Brest Métropole n’appelle pas à la grève. Pour autant, elle fait des propositions pour l’ensemble des acteurs concernés par l’expérimentation de la réforme des rythmes scolaires.

La réforme des rythmes scolaires a donné une autre dimension au métier d’ATSEM et a induit la dégradation des conditions de travail, l’accroissement de la fatigue et du stress. L’ATSEM  accueille les enfants lors de leur arrivée à l’école et les accompagne tout au long de leur journée. Il lui faut gérer :
• les transferts d’activités en lien avec l’enseignant,
• trouver le temps, qui ne lui est pas donné, pour préparer les Temps d’Activité Périscolaires (TAP),
• passer d’une activité à une autre,
• pallier au non remplacement de leur collègue de grande section la première semaine d’absence, etc.

La CFDT Brest Métropole a interpellé la collectivité pour le remplacement de l’ATSEM malade dès le premier jour d’absence et demande une réorganisation du travail qui prenne en compte la totalité des agents intervenant dans les écoles. Modifier l’organisation du travail d’une profession aura nécessairement des répercussions sur les autres métiers. En effet, dans les écoles travaillent également des agents d’office, des agents d’entretien, des animateurs et des responsables de sites (chargés de coordonner les TAP sur plusieurs écoles).

Pour la CFDT, il faut étudier la situation dans son ensemble, effectuer le bilan de la réforme des rythmes scolaires en place depuis 2013 et tirer le bilan de l’expérimentation à l’école de la Pointe où depuis septembre dernier on teste un autre rythme pour les enfants de maternelle.

Pour repenser et améliorer l’organisation du travail, des groupes de travail métier doivent être mis en place en lien avec les organisations syndicales qui négocieront.

Brest Métropole a rejeté toute demande d’augmentation d’une prime revendiquée uniquement pour les ATSEM. Son argumentation est basée sur l’augmentation du point d’indice décidé pour l’ensemble de la fonction publique et l’accord Parcours Professionnel Carrière Rémunération (PPCR) qui auront un impact sur les finances de la collectivité.

Par contre, elle s’est engagée à établir un calendrier de réunions pour permettre d’arriver à des propositions pour le Comité Technique du mois de juin. La CFDT de Brest Métropole attend des actes.