Cliniques Keraudren - Grand Large : NAO - La pilule est un peu amère

Publié le 06/07/2015 à 12H39
Les Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) viennent de s’achever au sein de la clinique de Keraudren - Grand Large. Ces négociations ont été conduites dans un climat tendu, 3 réunions, un débrayage très bien suivi par les salariés et une assemblée générale. Au terme des discussions, la CFDT a décidé de concrétiser les résultats suivants : l’intéressement à hauteur de 12%, une augmentation de la valeur du point de 0,4% pour tous et la revalorisation des filières administratives et générales. Même si le résultat final n’est pas négligeable dans le contexte actuel, il laisse un gout amer.

Contre la volonté de l’employeur, la CFDT a obtenu la désignation du cabinet d’expert comptable Syndex pour avoir un accompagnement à la lecture des comptes et porter un regard sur la réalité économique de l’entreprise. La clinique a bénéficié des aides liées au CICE (Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi), à la loi Fillon et au pacte de responsabilité.

La CFDT a posé ses revendications : 1% d’augmentation générale et hausse des coefficients des filières administratives et générale.

La direction a proposé « +0,5% si l’expertise comptable est retirée et si la revalorisation des grilles est abandonnée ». Les sections CFDT et CGT ont refusé de céder à ce chantage et ont appelé les salariés à un débrayage. 150 personnels ont répondu à cet appel et se sont rassemblés sur les deux sites.

L’assemblée générale des personnels a permis de mettre le doigt sur le fait que les Agents de Service Hospitalier (ASH) et les brancardiers n’étaient pas intégrés dans les filières administratives et générales. Le directeur du site a accepté, par téléphone, d’y remédier.

Mais, au moment de la signature, le responsable de la clinique est revenu sur sa position et a refusé d’intégrer les brancardiers et ASH dans la revalorisation des filières. La CFDT intègrera cette question lors des prochaines NAO.

La CFDT dénonce le climat dans lequel se sont déroulées les négociations avec un mélange des genres entretenu. L’employeur ne voulait pas distinguer la négociation d’un accord d’intéressement lié à un accord d’entreprise et les NAO portant sur les salaires.

La CFDT regrette le chantage et les pressions exercées sur les représentants du personnel.