Congrès Syndicat des Services : Pour des salariés « reconnus et respectés »

Publié le 27/11/2015 à 16H36
Le Congrès du syndicat s’est tenu le 20 octobre à Trégarvan. Le premier congrès du syndicat, devenu départemental en 2012, a permis aux 50 délégués présents issus d’une trentaine de sections de se donner de nouvelles orientations pour les 4 prochaines années et d’élire un nouveau bureau.

Le syndicat des Services est devenu départemental en 2012, après la fusion des syndicats Services de Brest, Morlaix et Quimper. Il compte près de 2000 adhérents. Il couvre les branches commerce, hôtellerie tourisme restauration, services à la personne, propreté, sécurité, mouvements et associations, intérim, industrie textile et chambres consulaires. Soit environ 80 conventions collectives.

Le rapport d’activité a reçu l’approbation des délégués par un vote à l’unanimité. Il a souligné, entre autres, les actions autour des dimanches et fériés et la construction du syndicat départemental.

Le rapport financier a également été voté à l’unanimité.

Le congrès a élu un bureau pour un mandat de 4 ans. Il est composé de 23 membres issus des différents champs couverts par le syndicat. Le bureau est rajeuni et compte 9 nouveaux membres.

20151120-Services-TribuneConges

La Commission Exécutive, chargée notamment du fonctionnement du syndicat au quotidien, regroupe 8 membres, secrétaire général : Jean Claude Perrament, secrétaires adjointes : Nadine Gontier et Virginie Chenet, trésorière : Virginie Jouan et trésorière adjointe : Ludmila Rostrenne.

Les priorités du prochain mandat
Le congrès a fixé les priorités du prochain mandat :
• poursuivre les actions de défense des salariés pour qu’ils soient reconnus et respectés, 
• finaliser l’organisation du syndicat,
• la formation des nouveaux élus,
• le développement,
• la campagne pour les élections dans les TPE en 2016 conjointement avec l’Interpro.

Un temps d’échanges autour de la loi Macron et de la loi Rebsamen s’est déroulé en présence de Gilles Desbordes, secrétaire général de la fédération des Services et Myriam Boudouma, secrétaire nationale de la branche commerces.

Le syndicat constate d’ores et déjà une augmentation des demandes de dérogation au travail du dimanche. Des aberrations, certaines municipalités qui demandent l’ouverture 12 dimanches pour 2016 sans véritable justification. La CFDT souhaite la négociation d’un accord territorial sur cette question. De plus, elle revendique des droits égaux pour les salariés impactés par le travail du dimanche, qu’ils soient salariés du commerce ou salariés d’entreprises prestataires de services ou sous-traitantes.

Lydie Nicol, secrétaire générale de la CFDT du Finistère et membre de la commission exécutive de la CFDT Bretagne, et Claudie Mignard, de la CFDT Pays de Brest, ont représenté la CFDT Interpro.