Charlie-Hebdo

Publié le 05/02/2015 à 11H52
Toute l'Ille-et-Vilaine s'est rassemblée contre la barbarie

Dans toutes les villes du département, les citoyens sont descendus par milliers dans les rues les 10 et 11 janvier pour défendre les valeurs de la République.

L’émotion a été spontanée. Le 7 janvier, premier jour des attentats une foule immense s’est rassemblée place de la mairie à Rennes pour dire son rejet de la barbarie et exprimer sa solidarité avec les victimes de Charlie Hebdo. Cet appel relayé par les réseaux sociaux, a été transmis dans la foulée par la CFDT à son réseau d’adhérents et de militants. En moins de deux heures, plus de 15 000 Rennais ont envahi la place de la mairie, en silence, sans signe distinctif. Une émotion décuplée quatre jours plus tard. Le dimanche 11 janvier, nous avons été 125 000 à marcher dans les rues de Rennes pour la paix, la démocratie, la liberté d’expression, 15 000 à Saint-Malo, 2 500 à Vitré, 8 000 à Redon, 1 500 à Fougères la veille… Dans les rangs, de nombreux adhérents CFDT. « La portée européenne et mondiale, y compris du point de vue syndical, de cette mobilisation démontre l’absurdité de toutes les intolérances, de l’antisémitisme et de la xénophobie, a réagi la Commission exécutive au lendemain de ces rassemblements. Le Peuple de France dans sa diversité a fait entendre un message fort et généreux à tous ceux qui ont la responsabilité d’assurer le « vivre ensemble » et la cohésion sociale dans notre pays. Ce message s’adresse à l’État, aux acteurs politiques ainsi qu’à toute la société civile organisée. Le mouvement syndical est lui aussi interpellé. Il a su parler d’une même voix et a contribué dans l’unité, partout en France, au succès de cette formidable mobilisation. Il doit également être à la hauteur des attentes et des aspirations qui se sont exprimées au cours des diverses manifestations. La menace terroriste, les provocations de toutes parts ne sont évidemment pas écartées. Notre société reste aussi fragile, anxieuse, abîmée par la précarité, la pauvreté et le sentiment d’abandon pour toute une partie de la population. La CFDT, forte des valeurs de démocratie, d’émancipation, de justice et de solidarité, est convaincue que notre pays ne progressera que par le dialogue, l’esprit de responsabilité et d’engagement. La CFDT, avec tous ses militantes et militants, au plus près des salariés, dans les entreprises, les services et établissements publics, reste mobilisée et s’engage à respecter l’esprit du 11 janvier. »