PSA : un plan de plus pour réduire la voilure

Publié le 16/11/2015

Suite au comité d'entreprise du 5 novembre, la section CFDT de PSA  réagit aux mesures de départs volontaires annoncées par la direction. Elle estime à 250 les nouvelles suppressions d'emplois pour 2016.

La Direction a présenté ce 5 novembre son Dispositif d’Adéquation des Emplois et des Compétences (DAEC) pour 2016.
Elle propose de reconduire les mesures 2015 de départ volontaire telles que le congé sénior ou la mobilité externe sécurisée.
Ce congé permet notamment au salarié qui est à 60 mois ou moins de la liquidation de sa retraite à taux plein d’être dispensé totalement de ses missions professionnelles (rémunération 70% du brut). Au regard de la moyenne d’âge (50 ans) sur le site ce dispositif rencontre un réel succès.
L’objectif de ce plan étant de dimensionner les effectifs au volume à produire qui depuis plusieurs années sont en chute libre !

Pour rappel le site produisait en 2005 340605 véhicules, 10 ans plus tard 60000 véhicules en 2015.
Ce n’est malheureusement pas le futur véhicule P87 qui sera produit à partir de 2016 en complément de la C5 et 508 qui va arrêter l’hémorragie !
Il faut impérativement que PSA s’engage sur un nouveau véhicule à produire à Rennes La JANAIS avant 2020 pour assurer l’avenir du site et le maintien des emplois.

Dans ce cadre, la CFDT estime que le site va perdre encore plus de 250 salariés en 2016 sur un effectif officiel de 4433 salariés auquel il faut enlever approximativement 1800 pers pour trouver l’effectif réel présent sur le site soit environ 2600 pers. Une partie du personnel ayant déjà adhéré au plan précédent étant toujours inscrit à l’effectif ainsi que les prêts, les longues maladies, etc…


A travers la faiblesse du plan de charge de l’usine de la JANAIS, c’est toute la filière automobile bretonne qui est actuellement touchée.
Les collectivités ainsi que l’Etat doivent davantage se mobiliser pour obtenir de PSA un nouveau véhicule à produire avant 2020 sur Rennes La JANAIS et ainsi permettre de sauver la filière automobile en région Bretagne.